Phnom Penh, Capitale du Cambodge

Phnom Penh occupait une position plus centrale dans les territoires khmers et était idéalement située pour le négoce fluvial avec le Laos et la Chine, via le delta du Mékong
Phnompenh capital
Phnompenh capital
Phnompenh
Population: 1,5 million
Superficie: 290km2
Histoire de Phnom Penh 
Selon la légende, Phnom Penh fut fondée après qu’une vieille femme, nommée Penh, lit découvert quatre représentations du Bouddha sur les berges du Mékong. Elle les installa  une colline voisine et la ville qui surgit alentour fut appelée Phnom Penh, la colline de Penh.
L’histoire n’explique pas, en revanche, pourquoi Angkor fut abandonnée dans les années 1430 et la capitale transférée à Phnom Penh. On a souvent vu le signe d’un déclin culturel dans ce déplacement, pourtant assez logique. L’emplacement d’Angkor n’offrait aucun avantage pour le commerce, et la cité était exposée aux attaques du royaume siamois (thaïlandais) d’Ayuthaya. Phnom Penh occupait une position plus centrale dans les territoires khmers et était idéalement située pour le négoce fluvial avec le Laos et la Chine, via le delta du Mékong. Le Tonlé Sap donnait accès aux eaux poissonneuses du lac du même nom.
Royame du Cambodge
Royame du Cambodge 

Au milieu du XVI* siècle, le commerce avait fait de Phnom Penh une puissance régionale qui attirait nombre de marchands indonésiens et chinois. Un siècle plus tard, les incursions vietnamiennes en territoire khmer privèrent la ville de son accès à la mer et les Chinois, chassés vers le sud par la dynastie mandchoue Qing, commencèrent à monopoliser les échanges commerciaux. Enclavé et de plus en plus isolé, le royaume du Cambodge devint une zone tampon entre la Thaïlande et le Vietnam, alors en plein essor. En 1772, les Thaïlandais réduisirent Phnom Penh en cendres. La ville fut reconstruite, mais, jusqu’à l’arrivée des Français en 1863, elle fut ballottée au gré des visées hégémoniques des royaumes voisins. Durant cette période, sa population ne dépassa guère les 25 000 habitants.
Légende

Sous le protectorat français, Phnom Penh fut divisée en quartiers selon le plan quelle conserve aujourd’hui. Les administrateurs français et les négociants européens habitaient au nord du vat Phnom, entre le boulevard Monivong et le Tonlé Sap ; les commerçants chinois étaient installés sur les quais, du sud du vat Phnom au Palais royal et jusqu’au boulevard Norodom à l’ouest ; les Cambodgiens et les Vietnamiens vivaient aux abords et au sud du Palais royal. Quand ils partirent en 1953, les Français laissèrent des edifices  prestigieux, comme le Palais royal, le Musée national,  le psar Thmei (lenouveau marché) et d'imposants bâtiments ministériels.
Palais royal Phnompenh
Palais royal à Phnom Penh

La capitale se développa rapidement durant les années de paix qui suivirent  l’indépendance, alors que Sihanouk dirigeait le pays. Quand il fut renversé en 1970, elle comptait environ 500 000 âmes. Avec l’extension de la guerre du Vietnam tur le territoire cambodgien, la ville s'emplit de réfugiés jusqu'à atteindre plus de 2 millions d’habitants en 1975. Les Khmers rouges entrèrent dans Phnom Penh le 17 avril 1975 et, au nom d’un programme social radical, forcèrent la population à partir dans les campagnes. Diverses factions de Khmers rouges furent chargées de l’évacuation des différents quartiers : les habitants demeurant à l’est du boulevard Norodom durent partir vers l’est ; ceux résidant au sud du palais furent envoyés vers le sud et ainsi de suite. Des familles entières furent séparées au cours de ces premiers jours fatidiques de la “libération”, et pour des milliers de Cambodgiens leurs conditions de vie sous la férule de l’Angkar dépendirent du quartier de la ville où ils se trouvaient ce jour-là.
Durant la période du Kampuchéa démo­cratique, des dizaines de milliers de Phnom Penhois, appartenant en majorité à l’élite intellectuelle, furent massacrés. À cette épo­que, Phnom Penh ne compta jamais plus de 50 000 habitants, hauts responsables du parti, ouvriers ou chefs militaires de confiance.
La ville commença à se repeupler en 1979 avec l’arrivée des Vietnamiens, un processus strictement contrôlé dans les premiers temps par le nouveau gouvernement. Dans les années 1980, on voyait plus de vaches que de voitures dans les rues de la capitale. Il fallut attendre la fin de la décennie et l’abandon par le gouvernement de sa gestion communiste pour que Phnom Penh commence à se développer. Les années 1990 furent lucratives pour certains : l’installation de l’Autorité provisoire des Nations Unies au Cambodge (Apronuc) s’accompagna d’une enveloppe de 2 milliards de dollars US, consacrée pour l’essentiel aux salaires des expatriés. Des résidents bien informés s’empressèrent d’aider les étrangers à se débarrasser de leur argent en augmentant massivement les loyers et les prix. Dans la foulée, les affaires reprirent et les enseignes commerciales poussèrent comme des champions  
Pagode d'Argent
Pagode d'Argent
De grands changements intervinrent lorsque Chea Sophara devint gouverneur de Phnom Penh. Déterminé à assainir la ville, il fit réparer les rues, installa le tout- à-l'égout, réalisa des parcs et réaménagea les berges. Son action lui valut une grande popularité auprès des Phnom Penhois, au grand déplaisir de Hun Sen. Ce dernier profita des incidents anti-Thaïiandais de juillet 2003 pour le limoger. Néanmoins, Chea Sophara a grandement contribué au nouvel épanouissement de la capitale, où émerge une classe moyenne venue remplacer celle exterminée par les Khmers rouge

Visite Phom Penh
Un jour

Deux joursCommencez tôt le matin par une promenade sur les quais, où des séances de taï-chi et d'aérobic ont lieu devant le Palais royal . Continuez au nord jusqu'à l'École royale des beaux- arts , pour voir l'entraînement des jeunes danseurs de ballets classiques. Prenez un petit déjeuner dans un café au bord du fleuve avant d'explorer le Palais royal et la fabuleuse pagode d'Argent . Admirez ensuite la prodigieuse collection de sculptures khmères du Musée national . Déjeuner, Puis, flânez dans le psar Thmei  et remarquez son architecture Art déco, mais réservez vos achats au psar Tuol Tom Pong , plus communément appelé marché l russe. Visitez enfin le musée Tuol Sleng, un témoignage bouleversant du passé tragique . du Cambodge. Retrouvez un peu de légèreté au moment de la happy hour, avant un bon dîner dans un restaurant khmer , et rejoignez les noctambules dans les bars animés .

 En deux jours 
Vous profiterez mieux de la capitale. Le premier jour, suivez l'itinéraire précédent, ! avec les splendeurs du Musée national et du Palais royal le matin. Consacrez l'après-midi à l'histoire récente du pays en visitant le musée Tuol Sleng  et les charniers de Choeung Ek , où les prisonniers du S-21 étaient exécutés. Au crépuscule, une croisière I sur le Mékong vous aidera à décompresser en admirant la vue sur le Palais royal.

Le second jour, admirez l'architecture du psar Thmei avant de faire vos achats au psar Tuol Tom Pong, un dédale d'échoppes qui vendent toutes les marchandises imaginables,

L'après-midi, jetez un coup d'œil au monument de l'Indépendance, inspiré de la tour centrale d'Angkor Vat, et flânez le long des quais jusqu'au vat Phnom , où les Khmers viennent prier la chance. De là, une courte promenade vous mène à l'Elephant Bar  de l'hôtel Le Royal ; profitez de la happy hour, agréable préambule à votre dernière soirée dans la capitale.

POURQUOI NOUS CHOISIR ?

Voyage 100% sur mesure direct avec une agence francophone locale

Circuits parfaitement adaptés à vos souhaits et à vos attentes

Services de soins de clients 24/24, toujours à votre écoute!

Une équipe francophone de véritable passionnée

Excellent rapport: Prix raisonnable/ Qualité irreprochable

Rapidité -Flexibilité -Efficacité

Rejoignez nous sur Facebook

  • Nous sommes très satisfaits de notre séjour. Le programme correspondait bien à ce que nous souhaitions voir. Nous avons apprécié le fait d’aller à la découverte des minorités ethniques du nord, et de visiter des villages et des sites peu touristiques mais très beaux.

  • Bonjour toute l'équipe Je tiens à vous remercier pour nous avoir si bien organisé et gentiment accompagné tout au long de ce superbe voyage. Tu es le digne représentant de ton pays, un interlocuteur de premier ordre et un excellent professionnel. Sachez que pour nous aussi c'est avec beaucoup d'émotion que nous avons repris l'avion, nous n'avions pas trop envie de rentrer en France

  • Coucou Tu Tu sais, on en à encore plein la tête: des images, des sons, des sensations, des silences, de la féerie, de la magie. Ce bonheur, nous l'avons vécu en grande partie grâce à toi, ton professionnalisme, ton humour, mais surtout ton amitié très chaleureuse... Merci de toute l'organisation du voyage et de nous avoir pris soin de nous pendant tout ce superbe sejour dans ton beau pays Bisous à tes enfants, et mes hommages à ton épouse.

Sites incontournables

Decouverte du Cambodge en famille
Decouverte du Cambodge en famille

Lorsque vous pensez Cambodge, une nature dense et luxuriante, des temples enfouis dans la jungle... vous viennent à l’esprit. Mais peut-on faire ce voyage fabuleux en famille ? Évidemment que oui, il...

Vous n'avez pas utilisé le site Web, Cliquer ici pour maintenir votre état de connexion. Temps d'attente: 60 Secondes